jeudi 11 octobre 2012

mercredi 22 août 2012

Hellfest Report 3 : Sunn o)))



Ma plus grosse claque du Hellfest reste sans conteste Sunn o))). Je m’y étais rendu affublé d’un petit sourire en coin en me demandant combien de minutes j’allais rester à supporter les bourdonnements d’infrabasses de ces être encagoulés.

 Leurs fameux bruits d’abeilles étaient réputés pour attirer hipsters et intellos aussi facilement qu’un excrément canin attire les mouches. Pourtant, loin des lunettes carrés et des mentons songeurs je me suis surtout retrouvé face à d’incorrigibles fumeurs de pétards qui s’étaient accroché aux amplis en recrachant une fumée mystique toutes les dix secondes. Le concert commença, et l’espace d’un instant, je me suis demandé s’il fallait se mettre dans leur état pour profiter pleinement de la musique…Eh bien NEIN !

Je suis resté tout le set sans gouter à un seul produit de la culture jamaïcaine.

En fait, je ne m’attendais pas à une telle expérience... et je dois bien avouer que mon sourire d’ignorant fut bien vite remplacé par celui de Jean Paul Sartre.

            Les basses et les larsens faisaient trembler le sol et me retournait le ventre comme une moissonneuse batteuse. Je me laissais hypnotiser chaque minute un peu plus et je dois l’avouer, j’ai rejoins les junkies accroupis qui méditaient dans la boue, en pleine transe. Sans pour autant offrir mes poumons à leurs substances de paresseux. J’ai couvert mes yeux avec mon bandana plein de poussière et de peinture bleus qui avait trainé certainement dans un des endroits les plus infâme du Hellfest : notre campement, j’ai enfilé ma capuche comme un héroïnomane frileux et je me suis laissé voyagé. Complètement coupé du monde, j’ai somnolé et déliré alors que les infrabasses me faisaient voyager dans l’espace et dans le temps.

Peut être était-ce le contact du sol sous mon noble postérieur, la fatigue ou la stupidité qui s’était emparé moi tout au long de ce festoche mais je dois bien avoué que j’ai commencé à avoir des visions. Des visions grotesques de festivaliers en rute aux visages plein de tentacules. Puis, quand la voix d’Attila a raisonné sous le chapiteau j’ai bien failli virer au bad trip. J’avais l’impression d’être entouré d’êtres rachitiques qui me caressaient les cheveux. Je sus plus tard que c’était plus ou moins ce qui s’était passé. Peut être que les junkies m’avaient pris pour leur idole et me touchaient du bout de leurs doigts graisseux…

Le réveil fut douloureux … Surtout qu’il annonçait la fin du Fest…
Mais je repartis le lendemain, convaincu que la meilleure manière d’écouter du Drone était assis par terre dans la boue et la cendre après trois jours de cuite, de bofferie et de rêveries métalliques.



Le temps aurait été mon allié, j’aurais pu remercier d’un coup de plume ces groupes qui m’ont fait rêver eux aussi pendant ces trois jours :

Enslaved : Cette bande de vikings barbus aux visages étranges sont tous d’excellents musiciens qui n’ont pas besoin d’artifices pour vous faire voyager dans leur univers psychédélique particulier. Si Vallalah Rising avait été un film aussi réussi qu’il est intéressant, il se serait appelé Enslaved !

Arcturus : Une prestation magnifique livrée par un groupe atypique. Leur frontman était si charimatique qu’il arrivait à avoir la classe tout en se parodiant. Unique, humble et parfaitement adapté à l’univers fantasmagorique de leur musique recherchée et planante.une grande leçon de scène !

Walls of Jericho : Mon premier concert de Hardcore en tant qu’homme assez fou pour rentrer dans le pit ! Un moment d’amitié, de poussière et de masque à gaz !

Hellfest report 2 : Shining !


Le deuxième concert que j’ai choisi de vous raconter est celui de Shining, le fameux groupe de Suicidal black métal suédois, en fait j’étais venu pour ça. J’avais deux appréhensions principales : Me recevoir la bouteille de whisky du chanteur sur le crane, mais surtout que le groupe ne joue aucune chanson de son cinquième album, leur chef d’œuvre.

            Eh bien je tiens à dire que leur setlist était presque parfaite. Ils ont su mettre en valeur les deux chansons potables de leur dernier album, ont revisité un peu leur discographie pour ne sélectionner que les titres les plus efficaces, tout cela en une heure !  

Sur scène, à part un son absolument dégueulasse, Niklas ne m’a pas déçu, il a commencé par répandre la cendre de sa clope sur la tête des vigiles et sur une femme handicapée au premier rang. So TRVE ! Puis, il a bu une partie de sa bouteille de Jack et nous a tous promis de nous tuer. Vous pensez bien que mon sang de pucelle ne fit qu’un tour : J’étais en joie.. 

Mais c’est dans la fosse que l’ambiance allait être absolument géniale !
 


             Comme j’étais au deuxième rang, j’étais entouré de true fan. Tandisque certains beuglaient les paroles par cœur sans y comprendre un traitre mot, des fils des ténèbres chevelus hochaient la tête en jurant à leurs poignets de les trancher. Amusé je m’apprétais à me tourner de nouveau vers la scène quand je m’apperçus que mon compagnon de droite me regardait fixement. Il me jeta un regard étrange et sans me quitter les yeux, brisa son pichet en plastique sur la barrière de protection de la scène. Il entrepris alors de se taillader « vainement » le bras (si je puis dire) avec les bords aussi coupant que les ciseaux en plastique qu’ils nous donnaient à la maternelle il n’y a pas si longtemps. Ce genre d’anecdotes se raconte au coin du feu jusqu’à son 70 éme anniversaire…
 
              Un franc sentiment de camaraderie a pourtant poussé cet homme au casque militaire seillant sur ses petites lunettes grasses à me proposer un bout de plastique que j’ai gentiment refusé. Non que je ne voulais hoter son joujou mais parce qu’un sentiment de répulsion m’envahit quand je vis l’état de ses bras, ils étaient plein de cicatrices assez récentes, on aurait dit le ventre d’une femme enceinte plein de vergetures...

               Je n’eu pas le loisir de contempler l’étendu du courage de mon camarade plus longtemps puisqu’un pogo commença à se créer ! Et quand je dis pogo ! C’est le pogo de true fan ! 

En fait alors que nous nous donnions de violents coups d’épaules, je m’aperçus qu’aucun sentiment de haine ne nous animait ! Un moment, on m’a même poussé à rejoindre un cercle de vikings sensibles qui s’enlaçaient et un homme tout ému est venu me postillonner sa vieille vinasse dégueulasse au visage en nous disant : « Je vous aime les gars ! vous vous rendez compte on est au concert de Shining ! » Cette phrase contenait beaucoup trop d’antithèses dans un contexte aussi fallacieux, c’est pourquoi elle est resté gravée dans ma mémoire !

Comment pouvait-on parler d’amour et de Shining dans la même phrase !?   C’est peut être ça le métal au fond ?

       Après avoir réfléchi je me suis dis que le message était clair : Si vous voulez découvrir l’ambiance d’une boite gay sans pour autant sacrifier votre postérieur ne cherchez pas plus loin et rendez vous au prochain concert de Shining ! 




















A noter : Niklas est habillé par Peste Noire, Coco Channel et Jean Paul Gautier

Hellfest Report 1 : Darkspace !



S’il m’avait fallu ériger un podium des trois concerts les plus marquants du Hellfest, la troisième place aurait été occupée par les Darkspaces. J’avais fondé beaucoup d’espoir sur ce groupe et il faut dire que ces Suisses ne m’ont pas décu.

Rappelons à ceux qui avaient mieux à faire que d’écouter l’émission avant le hellfest, que Darkspace est un groupe de Dark Ambiant. Donc c’est lent, répétitif, sombre et froid, comme une entrevue mutine avec un vieil oncle grabataire dans la cave d’un immeuble.

C’est pourquoi je m’étais préparé à partir si ca devenait trop rébarbatif. Mais quand les musiciens débarquèrent sur scène aussi muets que des goules dans la crypte d’un mort né, je compris que j’allais me faire happer par cette entité métallique. en tout cas, ça avait l"air Dark et Space !

Certes, les amateurs de petit suisses auraient été déçu puisque tous les membres de Darkspace font plus d’un mètre 80 mais ils ont joué pendant une heure des riffs lancinants, répétitifs et halluciné sans bouger d’un pouce. Leurs Corpse paint très classes, leur maintien élégant et leur jeu de scène figé ont surement inspiré le mot occulte au Petit Robert, encore jeune, ainsi qu’à son copain Larousse. On aurait dit trois statues venues d’un autre monde pour nous balancer une malédiction. Pour rajouter à l’horreur de ce tableau, ils nous balancaient soigneusement des stroboscopes à tout va.  Ce qui donnait à la scène l’allure d’un vaisseau spatial en train de décoller. Comme s’ils sentaient déjà les brulures de l’atmosphère les darkspace ponctuaient les envolées de guitares les plus touchantes par des cris de désespoir saisissants. Si bien que j’ai même failli monter sur scène pour leur dire que personne ne les obligeait à souffrir autant. 




En gros il fallait vraiment rentrer dans l’ambiance pour ne pas crever d’ennui. Au début je ne savais pas quel masochisme me poussait à rester mais après deux morceaux, c’est à dire 40 minutes de set, Les darkspace décidèrent de finir leur show en beauté par un dernier morceau absolument Bluffant. Sur un rythme de boite à rythme absolument inhumain ils ont enchainé des riffs angoissants et des hurlements à vous glacer le sang. C’est à partir de là que j’ai eu des sueurs froides et que j’ai failli m’envoler, emporté dans leur tourbillon de noirceur. Leur concert est un véritable voyage sans retour vers la voie lactée, alors attention à ne pas se faire prendre au piège !

Ce morceau valait le déplacement à lui tout seul, bien évidemment, j’ai essayé de le retrouver dans leur discographie mais j’ai failli y laisser ma raison, puisque je vous rappelle que leurs morceaux n’ont pas de nom.A bon entendeur...

mardi 14 août 2012

Les groupes à ne pas manquer au Motocultor !

Le Motocultor c'est bientôt, très bientôt même !
Et pour les indécis, voici un petit guide, comme pour le Hellfest, qui vous indiqueront les groupes à ne pas manquer au Motocultor !

Premier point positif : Contrairement au Hellfest, il n'y aura aucun chevauchement de groupes, c'est à dire que vous ne pourrez en louper aucun !

Vendredi 17 : 


Trepalium  (15h20 - 16h10)

Allez, on commence le festival doucement à 15h20 avec Trepalium ! On n'a plus vraiment besoin de présenter ce groupe de Death français qui fête cette année ses 12 ans d'existence. Fort d'une tournée avec Gojira et la participation aux Hellfest 2009 et 2012, Trepalium saura mettre l'ambiance et vous plonger dans l'ambiance du festival ! 






Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Trepalium : 




Devil Sold His Soul (13h30 - 17h)




Comme peut le laisser présager le nom du groupe, Devil Sold His Soul évolue dans un style à la limite entre le metal progressif et le post hardcore le tout dans une ambiance torturée voire maudite. Le 17 septembre prochain doit sortir leur prochain opus, Empire Of Light toujours dans la même lignée ambiante et progressive mais avec une voix toujours aussi grave et blasphématoire. Une de mes grosses attentes de ce festival mais aussi une de mes plus grosses craintes tant ce groupe peut vous faire planer ou vous ennuyer.  

Une envolée planante de DSHS : 





Stille Volk : (17h50 - 18h40) 

Ne connaissant pas beaucoup le groupe mais en ayant entendu beaucoup de bien, je vous recommande d'aller y jeter un oeil. Un groupe francais pas forcément très métal mais qui développe un folk metal très ambiant et très prenant. 
Ajoutez à celà des textes (en français s'il vous plaît!) évoquant la sorcellerie, le médiéval et vous obtenez un bon mélange qui saura vous faire bouger même sans gros riff ! 



                                                                         Pour découvrir : 




Eths (20h20 - 21h15) :

Ets est un groupe français de Metalcore bien connu pour les talents (et le reste d'ailleurs, hein Mathias?) de la charismatique chanteuse Candice Clot. Sachant créer des ambiances lourdes et oppressantes ou douces et mélodiques, le groupe est aussi bien capable de retourner le festival que de l'émouvoir. (Et même de le faire fantasmer pour les plus en rut de ces messieurs.)
                                                            
                                                             Pour découvrir Eths et.. Candice : 




Corrosion of Conformity : (21h15 - 22h10) 
                                                                                              
Corrosion of Conformity est un groupe qui fête ses 30 ans cette année ! A la base un groupe de hardcore (C'est d'ailleurs la première formation à allier le punk et heavy metal), CoC évolue aujourd'hui dans un style se rapprochant plus du Stoner Rock. Un classique a aller voir. 

CoC dans toute sa splendeur : 





Arkona : (23h02 - 00h00)


Groupe très influent de la scène Folk, Arkona pose cette année ses valises au Motocultor ! Un peu moins d'un an après la sortie de leur nouvel album, les russes ont décidé de venir le défendre en terre bretonne ! Soyez préparez Mesdames et Messieurs, Masha arrive, et elle va la vendre chère, sa peau de loup. 



Un petit avant goût de la tempête Arkona : 


                                                  


Electric Wizard (00h00 - 01h05)



Éminence grise du Doom/Stoner, Electric Wizard est probablement le groupe qui a l'un des sons les plus lourds et les plus épais du monde de la musique. Avec des albums comme Doperthrone qui ont révolutionné l'univers du Doom, et une carrière de plus de 15 ans, Electric Wizard est le groupe à ne pas manquer si on aime les sons gras et lourds !

                                                            Et bim ! De la lourdeur ! : 


                                                 




Samedi 18  :



Sublim Cadaveric Decompostion (13h45-14h30)

SCD est une valeur sure du Grindcore. J'en avais déjà parlé auparavant (Cf Articles : Les Groupes à ne pas manquer au Hellfest) et je vous conseille réellement d'aller les voir, étant donné la prestation géniale qu'ils ont livré au festival de l'enfer.

Noctem : (17h45-18h35) : 


Noctem est un groupe de black métal a tendance fortement mélodique. Groupe assez récent (leur premier album date de 2009) le groupe s'est rapidement forgé un nom parmi les formations du genre et gagne à être connu. 
Le look un peu improbable du groupe, à la croisée entre Baine de Batman et Dracula, que l'on trouve soit exquis soit ridicule, rajoute une note sympathique qui colle bien à leur musique mais attention à ne pas tomber dans le cliché. 

                                                     Un extrait de leur première galette (Divinity) : 


Crowbar : (18h35 -19h30) 


Groupe de Sludge Metal américain, Crowbar est aujourd'hui considéré comme l'un des groupes les plus influents de la scène de la Nouvelle Orléans. Fort de 9 albums studio et du charisme du chanteur guitariste Kirk Windstein (également membre de Down avec d'anciens membre de Pantera) Crowbar connait son job et saura faire bouger le festival avec des titres comme The Cemetery Angels ou encore le plus ancien Existence is Punishement. 
                                                    Une petite mise en bouche de ce qui vous attend : 

                                                   



Municipal Waste : (21h10 -22h05) 


Du bon vieux Trash Crossover, des zombies, à boire et du fun. Voilà comment on peut résumer très rapidement le concert de Municipal Waste. Fort d'un passage au Hellfest l'année dernière, le groupe pose cette fois ses cannettes de bières en terre bretonne pour venir faire pogoter le public du Motocultor. 
Sans conteste le groupe de trash à voir cette année. 

                                                   En plus de la musique, le clip tue sa mère : 


Dark Tranquillity (22h05 - 23h05) 



Bon. Par où commencer. Alors, Dark Tranquillity, c'est juste le meilleur groupe de la planète. Si vous n'aviez la possibilité d'avoir qu'un seul groupe à aller voir au Motocultor, ca serait celui là. Ces gars là sont des petits génies. Prodiges de la scène de Gotheburg, pionniers du Mélodeath, Dark Tranquillity n'a sorti que des classiques. Après un passage très remarqué au Hellfest 2011 (Faut dire que c'etait le meilleur concert du festival.), le groupe nous fait l'honneur de débarquer au Motocultor. Ayant une attitude sur scène irréprochable à chacun de leurs concert (Je n'ai jamais vu une seule critique négative sur un concert de DT), Dark Tranquillity sera bel et bien le meilleur concert du Motocultor 2012. En toute objectivité bien sûr. 
On se retrouve aux premiers rangs. (Cheveux roux, T-shirts et Sweat DT, c'est moi)

(Cet article vient du plus gros fan de DT au monde, tout ce qui est dit n'est pas ce qu'il y a de plus objectif, quoique)

                                                                Petite piqûre de rappel : 


Septicflesh (01h05 -02h00) 

Maîtres incontesable de la scène métal grecque avec Rotting Christ, Septicflesh est décidément un groupe à part. Capables de créer des atmosphère absolument uniques et de rassembler le public, Septicflesh sur scène est une expérience unique, autant que sur album. Jeux de lumières, chanteur ultra charismatique et musique dantesque. VOilà ce que vous allez vivre quand vous serez devant Septicflesh. 

                                                               Un petit bijou du dernier album, The Great Mass : 

Dimanche 19 


Impuerza (12h -  12h45) 


Déjà présent à l'édition 2010 du Motocultor, on peut dire qu'Impureza fait un peu partie des meubles. Ce groupe espagnol mélange avec brio le flamenco et le Death metal ce qui donne un rendu totalement explosif et dansant ! Le groupe passant assez tôt, sous un soleil plombant, on va avoir toute l'Andalousie avec nous ! 

                                                                    Dansez Deatheux, Dansez ! 
                                              

Audrey Horne (16h45 - 17h35) 


Audrey Horne, un groupe pour le moins étrange. Regroupant des membres de Gorgoroth, d'Enslaved ou encore de God Seed, on pourrait s'attendre à un groupe de Black Metal limite mélodique. Et bien pas du tout, Audrey Horne évolue dans un style à la croisée entre le hard rock, le post rock et le grunge. Un mélange subtil que l'on peut comparer sur certains points a Alice in Chains ou encore Faith No More. 

                                                       A découvrir ici : 



Beatallica (18h20 - 19h15) 


Imaginez le croisement improbable entre les Beatles et Metallica et vous obtenez... Beatllica ! 
Un groupe assez surréaliste qui mélange aisément des chansons des deux groupes. Et le résultat est assez prenant, parfois drôle. On retiendra les noms des membres du groupes qui sont assez magiques comme Ringo Larz ou encore Jaymz Lennfield. Lars Ulrich lui même est venu en aide au groupe lorsque celui ci avait des problèmes avec la justice en ce qui concerne la légalité du groupe. C'est dire si le groupe a su attirer les regards ! 
                                                             Enter Sandman ? Je ne crois pas non.
                                                

Behemoth (22h-23h)



Behemoth est un groupe que l'on ne présente plus. Maitre d'oeuvre du Black/Death, le groupe polonais s'est rapidement fait un nom dans le milieu grâce à la sortie d'album comme Pandemonic Incantations ou Satanica mais aussi par le charisme de son chanteur Nergal, récemment guéri d'un cancer de la moelle osseuse. 
Après un passage réussi au Hellfest, le groupe vient poser ses pentacles au Motocultor! 


Immortal : (23h55 - 01h00)


Qui n'a jamais entendu parler d'Immortal ? Combo culte de Black Metal depuis 1990 ayant sorti des albums qui sont devenu des classiques du Black Metal (At The Hearth of Winter notamment qui  restera un des albums les plus plébiscites par les fans du genre). Devenu notamment célèbre grâce au fameux "pas de crabe" du frontman Abbath, Immortal débarque en Bretagne, 2 ans après son passage au Hellfest. Venu défendre l'excellent album All Shall Fall sorti en 2009, le dernier concert du Motocultor nous restera certainement en tête longtemps ! 
                                                      Le plus grand chef d'oeuvre d'Immortal à mes yeux : 




Allez, on se voit là bas les poilus ! 

Et que la roussitude soit avec vous ! 

mercredi 8 août 2012

Interview de Belenos à la veille du Hellfest.


Uniquement muni d'un kilt et d'un saucisson au noix, yckm est parti à la rencontre de la bête noire du Métal celtique : Belenos en personne. Maitre des riffs martiaux et des ambiances oniriques mais aussi précurseur du Black Metal Made in France.

Loins du cliché du Black Métalleux froid austère et misanthrope, ce sont deux bretons chaleureux, Loic et Yoann qui nous ont accueillis pour répondre à nos questions.

Avec eux, on parlera de leur préparation au Hellfest, de leur rôle dans la scène métal actuelle, des prémices du Black métal en France dans les 90's. Ils nous feront également un petit tour d'horizon des alcools et des légendes Bretonnes...

On remerciera donc Loic et Yoann pour cette interview gastronomique avant de les féliciter pour leur superbe prestation au Hellfest : Classe, sombre, efficace !

lundi 11 juin 2012

Hellfest : Ambiance Camping

Sur le net, tout le monde vous parlera du Hellfest, de ses merveilleux déguisements, de ses groupes, de ses vignes et de sa sempiternelle "Denrée". Et bien, nous, ce soir, on a décidé de vous parler de ses oubliés : Tous les sympathiques campeurs qu'on croise soudain au détour d'une tente et qu'on confond parfois avec un tas d'ordure... Petit Florilège des crus 2011 et 2012...


 Ce festivalier aux fières couleurs de l'armée rouge patiente avant le concert de Dropkick. Dans ses yeux nobles, un rideau de fer. Dans son ventre, Kronshtadt !




Au Hellfest, les packs de bières vides ne polluent pas, ils sont recyclés en chapeau de lutins maléfiques...


Ses mains crient victoire, sa bouche crie "pétard" ou encore "vinasse" avec une voix éraillée digne d'un cancéreux trachéotomisé !  Il est Samedi, Dimanche peut être... il fait chaud, la fin est proche, mais qu'importe pour ce festivalier qui erre entre les tentes sans autre but que de laisser exploser sa joie de vivre !

Une joie de vivre qui l'abandonne parfois, le temps du sommeil du juste dans un palace que n'aurait pas renié le prince Charles. 

Il est seul, il est nu et il en veut encore ! Les vignes lui offriront peut être un refuge pour la nuit ! Mais l'engrais Métallique généreusement déversé dans ce lit de fortune par les Métalleux ne semblent pas être un problème pour ce festivalier motivé !

 La Lune se lève tôt à Clisson... heureusement, certains festivaliers l'ont compris et dressent déjà leur hutte pour la nuit. Et la nature vous dit merci !

En forme même le Lundi grace à la Cristalline. Un grand verre d'eau et c'est reparti comme en 40 ! C'est aussi ça la magie du Hellfest !